Invitation

Présentation du livre « Un cri… de liberté » de Jacques Claessens

Liège : vendredi 29 mars, 18h à 20h, au Zénith, Rue Jean d’Outre-Meuse, 15, 4020.
Bruxelles : lundi 1er avril, 15h30 à 18h, à l’Auberge de Jeunesse Jacques Brel, Rue de la Sablonnière 30, 1000. Métro Madou et gare Congrès (tramway) (Près Jardin Botanique)

<media1208|embed|left>|

Né en 1928 non loin d’Anvers, Claessens a connu une vie sur trois continents : l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Il a 5 ans quand Hitler prend le pouvoir en Allemagne ; il en a 11 quand éclate la Deuxième Guerre mondiale. Il raconte cette enfance sous le signe de la tragédie, décrit l’occupation, ses privations, ses actes d’héroïsme, ses lâchetés, aussi. À la libération, l’auteur entreprend une longue transhumance : d’abord en Tunisie, où il devient prêtre au sein des Missionnaires Pères Blancs d’Afrique. Elle le mène en pays de mission, au Burundi. Elle le conduit enfin au Canada où sa pastorale de style Vatican II rallie les fidèles mais heurte la hiérarchie le forçant à des choix déchirants…dont celui de quitter la prêtrise. Il s’est éteint, l’année dernière, à l’âge de 83 ans. Du Burundi, pays où il séjourne de 1957 à 1969, il apprend la langue, maîtrise la culture à un point tel que pour les Burundais, il devient Yakobo, un des leurs. Extraordinaire osmose entre un peuple et un fils de la puissance coloniale : ce pays et son peuple entreront dans son coeur et n’en sortiront plus jamais. Moment merveilleux de cette communion : de 1962 à 1967, après avoir oeuvré dans plusieurs paroisses rurales (Karusi, Musenyi, Gatara, Murehe) Claessens mobilise les paroissiens et construit avec eux l’Église de Rukago, à Ngozi. Son séjour en Afrique se termine en 1969, dans des circonstances dramatiques…} |

À la veille des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation, le récit que nous fait Jacques Claessens mérite réflexion : il décrit l’effervescence qui précède les indépendances, analyse finement le rôle politique des élites (dont les religieux) et parle des combats des Burundais les plus modestes pour leur dignité, avant et après 1962. Il donne ainsi un éclairage inédit sur cette époque.

Autour du témoignage de Jacques Claessens, nous voudrions, par ces deux rencontres, rassembler les communautés belge et burundaise, pour célébrer la mémoire de cet homme de foi et de conviction, et répercuter … son cri de liberté.
Lors de ces séances, le livre sera vendu au coût de 15 euros (27 en librairie).
Nous verrons une vidéo et accueillerons les témoignages de personnes qui ont connu l’auteur.
Un verre d’amitié suivra la présentation.

Pour plus d’information :

[rouge]Constance Fréchette Claessens (Constance.frechette@videotron.ca)
Fabien Cishahayo (fabien.cishahayo@umontreal.ca) Tél. (1) 450 972-0765[/rouge]