Ouganda : les albinos veulent un député pour lutter contre la discrimination Par AFP

KAMPALA (AFP) - L’association des albinos ougandais a demandé jeudi un siège réservé au Parlement afin de lutter contre la discrimination et les menaces les visant, sur fond d’une vague de crimes rituels contre les albinos dans la région.

"La plupart des gens nous considèrent comme des parias. Ils ne comprennent pas notre couleur. Nous avons besoin de quelqu’un au Parlement dont l’objectif sera de se batttre pour les droits des albinos", a expliqué à l’AFP à Kampala la secrétaire de l’association, Faith Bwanika.

Les albinos veulent qu’un siège leur soit réservé au Parlement, à l’instar des cinq députés qui représentent les handicapés, a précisé Bwanika.

La majorité des albinos ougandais sont analphabètes car leurs parents les empêchent d’aller à l’école, par honte, a-t-elle souligné, en dénonçant les discriminations dont ils sont l’objet sur le marché du travail.

La récente vague de crimes rituels contre les albinos en Tanzanie et au Burundi a également motivé cette demande, a-t-elle ajouté.

Les organisations tanzaniennes de défense des droits de l’Homme ont dénoncé en avril l’incapacité des autorités à enrayer les assassinats d’albinos, dont les membres ou les organes sont notamment utilisés par des sorciers pour confectionner des grigris porte-bonheur.

Au moins 45 des quelque 150.000 albinos tanzaniens ont été tués ces deux dernières années, le plus souvent sauvagement mutilés et démembrés.

Au Burundi, des peines d’un an de prison à la perpétuité ont été requises fin mai dans le procès de 11 personnes accusées d’assassinats et de tentatives d’assassinat d’albinos.

Les albinos souffrent d’une maladie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux. Ils sont victimes de discriminations dans de nombreuses régions d’Afrique.

Source : AFP