Burundi

Les forces spéciales de l’Union africaine quittent le pays Par RFI

C’est dans la plus grande discrétion que les derniers soldats sud-africains de la Force spéciale de l’Union africaine au Burundi, chargés d’assurer la protection des responsables des ex-rebelles des Forces nationales de libération du Burundi (FNL), ont quitté définitivement le Burundi le 30 décembre. Un pays qui sort d’une très longue guerre civile.

Une page vient d’être tournée au Burundi. Le 30 décembre, les derniers soldats sud-africains de la Force spéciale de l’Union africaine au Burundi, une centaine environ, ont quitté définitivement ce pays dans l’indifférence générale, mais leur mission accomplie : « Il avait été entendu qu’au 31 décembre 2009, les derniers soldats du contingent sud-africain qui opérait ici sous mandat de l’Union africaine, devraient avoir quitté le territoire burundais. C’est ce qui a été mis en œuvre » déclare Mamadou Bâ, représentant de l’Union africaine au Burundi.

Après le retrait de l’opération des Nations unies au Burundi en 2006, ces soldats sud-africains étaient restés sur place, sous mandat de l’Union africaine, dans le but d’accompagner le processus de paix entre le gouvernement du Burundi et le dernier mouvement rebelle, les Forces nationales de libération du Burundi.

Les FNL ont renoncé définitivement aux armes et sont devenues un parti politique au mois d’avril 2009. Le parti compte participer aux élections de 2010 au Burundi, mettant ainsi fin à treize ans d’une guerre civile qui a fait plus de 300 000 morts : « C’est le symbole d’un succès pour lequel tout le monde éprouve une fierté et une satisfaction. C’est bien la résolution du conflit au Burundi. C’est la fin d’un long processus » conclut Mamadou Bâ.