Le président burundais promet la pacification de Bujumbura endéans deux mois

Source : XINHUA NEWS

Le président burundais Pierre Nkurunziza a promis lundi la pacification endéans deux mois de la province de Bujumbura communément appelée Bujumbura rurale où la sécurité a été perturbée depuis la contestation des dernières élections générales de 2010.

« Les institutions dirigeantes du pays ont commencé ce travail (de pacification) qui durera deux mois. Nous allons faire des descentes dans cette province, organiser des réunions, instaurer et redynamiser des comités de sécurité qui incluront tout le monde, en partant de ce qui les séparait tel que les partis politiques. Nous ne nous reposerons que lorsque la paix sera rétablie. Nous allons mettre hors d’état de nuire ceux qui commettent ces forfaits, car les actes répréhensibles qu’ils posent font honte au Burundi et à tous les burundais », a indiqué Pierre Nkurunziza dans son discours prononcé au cours des cérémonies marquant la célébration de la journée internationale du travail.

Les communes de Kanyosha et d’Isale de cette province de Bujumbura rurale sont les plus touchées par l’insécurité qui se caractérise par des vols, des assassinats et autres crimes commis par des gens que le gouvernement qualifie de bandits armés au moment où d’autres disent que tout cela serait plutôt l’oeuvre d’ une rébellion qui hésite encore à revendiquer quoi que ce soit.

La réalité sur terrain montre que les assassinats se commettent entre les membres des partis CNDD FDD (au pouvoir) et FNL d’Agathon Rwasa en exil depuis juin 2010. Cette province de Bujumbura rurale vit cette insécurité permanente depuis la publication des résultats des élections communales du 24 mai 2010, résultats qui ont été vite contestés par une partie des acteurs politiques en compétition à l’époque, en l’occurrence le parti FNL d’Agathon Rwasa qui considère cette province comme son fief. Cette situation d’insécurité dans cette province frontalière de la marie de Bujumbura s’est particulièrement détériorée ces deux derniers mois entre les membres des deux partis susmentionnés.