Burundi/élection : un seul candidat (Le Figaro)

Burundi/élection : un seul candidat

Le président sortant Pierre Nkurunziza sera le seul candidat à la présidentielle du 28 juin au Burundi, après le boycott des candidats de l’opposition, a annoncé aujourd’hui la Commission électorale (Ceni), au lendemain de la date limite de dépôt des candidatures.

"Jusqu’à hier, date limite pour le dépôt de candidature à la présidentielle, nous n’avions qu’un seul candidat, le président en exercice Pierre Nkurunziza", a déclaré le porte-parole de la Ceni, Prosper Ntihorwamiye. "Nous n’avons donc qu’une seule candidature retenue, celle de M. Nkurunziza, qui remplit toutes conditions fixées par la loi", a-t-il poursuivi.

L’opposition réclame l’annulation des communales

Six candidats de l’opposition, affirmant que les élections communales remportées fin mai par le parti au pouvoir avaient été entachées de "fraudes massives", se sont retiré la semaine dernière de la course à la présidentielle, qu’ils estiment par avance "truquée". Malgré une prolongation jusqu’à lundi soir du délai de dépôt des candidatures auprès de la Ceni, "aucun candidat ne s’est présenté jusqu’à ce matin", a expliqué le porte-parole de la Commission. "Nous aurons une élection avec un seul candidat", en a-t-il conclu, estimant que cela est "juridiquement conforme avec la loi".

Si la Ceni reçoit "une nouvelle candidature dans des délais raisonnables, nous allons l’examiner sérieusement", a cependant indiqué, sous couvert d’anonymat, un membre de la Ceni, en assurant que "la loi ne l’interdit pas".

L’opposition réclame l’annulation des communales du 24 mai, largement remportées par le parti au pouvoir, le CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie) du président Nkurunziza. Les représentants de la communauté internationale au Burundi ont "regretté" la décision des partis d’opposition de se retirer de la présidentielle et les ont appelé à revenir sur leur décision.

Le Figaro et AFP