André Silver Konan : "Nulle part au monde, je n’ai vu un report systématique des voix au second tour"

 

Source : http://news.abidjan.net

POLITIQUE

André Silver Konan (analyste politique, spécialiste de la Guinée) : "Nulle part au monde, je n’ai vu un report systématique des voix au second tour"

Publié le mardi 16 novembre 2010 |  Autre presse

 

Presse
© Le Nouveau Réveil par DR

André Silver Konan est journaliste écrivain ivoirien. Il est surtout analyste politique et spécialiste de la Guinée Conakry. Dans cette interview, il analyse et commente l’élection d’Alpha Condé à la tête de la Guinée, à l’issue d’un feuilleton, long et controversé. Il fait le parallèle avec la situation en Côte d’Ivoire. Interview.

En tant qu’analyste politique, spécialiste de la Guinée, comment commentez-vous l’élection d’Alpha Condé à la tête de ce pays ?

Il faut bien comprendre que cette élection de l’un des derniers opposants historiques d’Afrique noire, est la consécration d’une stratégie politique fondée sur l’impertinence et l’intransigeance. Alpha Condé, le candidat le plus âgé (74 ans) était paradoxalement le candidat porteur de changement, face à un Cellou Dalein Diallo, vu comme un apparatchik du régime du général défunt Lansana Conté. Il faut bien noter que Alpha Condé, en fin manœuvrier, a choisi d’aller à ce second tour, quand il s’est assuré qu’il avait bien ses cartes en main. D’abord il a obtenu la tête de ceux qu’il voulait, à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Ensuite, il a mis à profit le temps relativement long entre les deux tours, pour resserrer les rangs de son Alliance Arc-en-ciel. Il faut faire remarquer qu’il n’avait pas eu assez de temps pour préparer le premier tour, étant donné qu’il rentrait de son énième pérégrination politique. Il reste que cette élection, restera dans les annales, comme l’élection la plus démocratiquement et relativement correcte de la Guinée depuis son accession à l’indépendance, en 1958. Au demeurant, il sera très difficile pour les Guinéens d’expliquer aux enfants de leurs enfants, pourquoi il a fallu attendre 4 mois pour organiser le second tour, alors que la constitution prévoyait un délai maximum de 2 semaines (rires).


Le camp du candidat Diallo conteste les résultats. Ont-ils raison ou tort de le faire ?


Il ne s’agit pas d’avoir raison ou tort. Il s’agit de l’acceptation ou non du jeu, je n’ajouterai pas démocratique. L’Alliance Cellou Dalein Président (ACDP) n’a qu’à s’en prendre à lui-même. Je dis souvent aux politiciens africains d’arrêter de jouer les bébés gâtés dans des contextes peu transparents de démocratie tatillonne. L’organisation de cette élection n’a pas toujours obéi aux standards habituels d’élection transparente. Cependant, elle a le mérite d’avoir été organisée par une Ceni, qui quoique critiquée, à raison du reste, est demeurée véritablement indépendante du pouvoir politique et militaire. Il faut d’ailleurs saluer le général Sékouba, président de la Transition, qui est resté, du moins officiellement, à l’écart de ce processus électoral, laissant la main libre à la Ceni. Je dis aux partisans de M. Diallo de s’en prendre à eux-mêmes, pour une raison toute simple : la Ceni dans ses démembrements locaux, dans les 303 communautés rurales de développement (CDR) et dans le gouvernorat de Conakry, est constituée de membres des anciennes Forces vives (coalition de partis politiques de l’opposition d’alors et de la société civile) et des représentants des candidats. Tout était donc une question d’organisation. Il était loisible aux représentants des candidats d’abord dans les bureaux de vote (BV), d’exiger que les présidents de bureaux et leurs assesseurs, restent fidèles, dans la rédaction des procès verbaux. Ensuite, les représentants des candidats devraient être vigilants dans le centre de vote où sont agrégés les rapports des bureaux de vote. Par la suite, ils devraient se montrer vigilants et être intraitables au sein des Ceni locales où sont acheminés tous les résultats des centres de vote locaux. En définitive, ils devraient être vigilants à la commission centrale, afin que les chiffres ne soient pas manipulés par des commissaires retors. Mais pour faire ce travail, il aurait fallu que les représentants des candidats au sein de la Commission, aient eux-mêmes les procès verbaux, contresignés par leurs propres représentants dans les BV. Si aucune stratégie de collecte et de traitement rapide de ces données n’a été mise en place, à qui la faute ? Quand on va à une élection, même quand il s’agit de l’élection d’un chef de classe, il faut compter avec la volonté de l’adversaire de frauder pour se donner plus de chance. Alors quand on manque de vigilance et qu’on n’oppose pas son veto à priori, pour que les chiffres soient respectés, il est difficile d’obtenir réparation de préjudices, à posteriori. Donc, pour répondre à une question que vous ne posez pas, la cour suprême ne déclarera pas l’élection de M. Condé nulle, comme certains daleinistes se mettent à rêver. Le sort en est jeté : le président de la 3è république en Guinée Conakry s’appelle Alpha Condé.


La situation de la Guinée ressemble à bien des égards à celle de la Côte d’Ivoire. Le candidat Gbagbo pourrait donc se réjouir de l’élection de M. Condé, puisque théoriquement c’est Cellou Dalein Diallo qui devrait être élu, après son alliance avec Sidya Touré. Quel commentaire ?


Nulle part au monde, je n’ai vu un report systématique des voix au second tour. Il appartient aux candidats admis au second tour, de mériter les appels en leur faveur par les candidats malheureux du premier tour. Ce qui se passe en Guinée ressemble à la situation en Côte d’Ivoire, en même temps qu’elle est différente. Parlons d’abord des similitudes. Comme en Guinée, la Côte d’Ivoire deux candidats se retrouvent au second tour, avec des coalitions qui se forment autour d’eux. Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition de quatre partis politiques de l’opposition, qui supporte la candidature d’Alassane Dramane Ouattara a obtenu 60% des voix au premier tour, contre près de 40% pour La Majorité présidentielle (LMP) du président sortant Laurent Gbagbo, que vient de rejoindre au moins sept candidats malheureux du premier tour. Nous sommes exactement dans le scénario guinéen où l’Alliance Cellou Diallo Président (ACDP) a obtenu au premier tour à peu près le même pourcentage que le RHDP. Comme en Guinée où le 3è, Sydia Touré, avec un score relativement intéressant (environ 13%) a appelé à voter M. Diallo, en Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié arrivé 3è avec plus de 28% des suffrages, a appelé à voter M. Ouattara. Ici s’arrêtent les similitudes. Parlons donc des différences. La première est que la Côte d’Ivoire n’est pas la Guinée, c’est une lapalissade. En Guinée, il y a un véritable problème peul. Au premier tour, alors que j’étais à Conakry, j’ai entendu des propos difficiles à entendre, concernant le pouvoir qui ne saurait échoir aux Peuls, sous-entendu à Cellou Dalein Diallo. En Côte d’Ivoire, il y a moins un problème dioula qu’un problème Ouattara. Ce dernier est accusé, sans preuves jusque-là, d’être le père de la rébellion. Il est accusé en outre d’être un étranger et le président-candidat Gbagbo le traite de candidat de l’étranger, ce qui est un terme subtil, pour ne pas dire « candidat étranger ». En Guinée, il y a trois grandes ethnies, en Côte d’Ivoire, ce sont plutôt trois grands groupes ethniques. Et j’ai remarqué que les différents présidents qui se sont succédés de Sékou Touré, le Malinké à Moussa Dadis Camara, le Forestier, en passant par le Soussou Lansana Conté, ont relativement joué sur la fibre ethnique, au point où les Peul se sont mis à dire : « Il y a 50 ans que nous sommes écartés du pouvoir présidentiel, c’est maintenant notre tour ». En Côte d’Ivoire, vous n’entendez pas cette rhétorique pernicieuse, quoique sournoisement distillée par des politiciens peu brillants. Le second tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire va dépendre de la réponse que les électeurs de M. Bédié qui sont à près de 1.2 million, vont apporter à son appel à voter M. Ouattara. Car M. Gbagbo, avec LMP, a déjà mis le plein de voix au premier tour, avec ses 38%. Le soutien des autres candidats qui l’ont rallié est à peine de 2%, insuffisants pour battre M. Ouattara. Cela demeure toutefois dans le domaine de la théorie…


Justement, est-ce que l’appel de Bédié sera entendu par ses électeurs, quand on voit que celui de Sydia Touré n’a pas été entendu en Guinée ?

Il y a beaucoup plus de chances que l’appel de M. Bédié soit entendu que ne l’a été celui de M. Sydia. Il y a plusieurs explications à cela. D’abord, le RHDP est une coalition vieille de plus 5 ans, que les prophètes politiques du camp présidentiel donnaient pour mort né, pour prématuré qui ne survivrait pas ou pour alliance contre-nature qui imploserait en chemin. Ils ont tout faux, le RHDP n’est pas mort et il est plus qu’uni, quand on voit la façon sincère avec laquelle les quatre leaders de cette coalition, rejoints par Francis Wodié, le candidat malheureux du Parti ivoirien des travailleurs (PIT, dont une partie a rejoint le camp présidentiel) préparent le second tour. L’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Diallo et l’Union des forces républicaines (UFR) de Sydia Touré, ainsi que les autres « petites » formations qui forment l’ACDP n’ont pas appris à collaborer ensemble, si ce n’est au sein des Forces vives, dans laquelle étaient aussi les formations politiques de l’Alliance Arc-en-ciel qui portait la candidature d’Alpha Condé. Ensuite, lors de la campagne électorale du premier tour, il y a eu des affrontements sanglants et violents qui ont opposé les partisans des candidats Diallo et Sydia. Au lendemain de l’élection, une violente campagne de presse a été orchestrée dans des médias néo-peuls, contre Sydia Touré. Or en Côte d’Ivoire, et cela devrait être enseignée dans les écoles de communication politique, aucun des quatre candidats du RHDP n’a sorti le moindre mot, qui puisse être interprété comme une critique à l’endroit des autres candidats du RHDP. En outre, en Guinée, les Soussou qui composent majoritairement l’électorat de Sydia Touré, lui-même issu d’une ethnie minoritaire, les Diarhanké, proches des Soussou, sont plus proches des Malinké dont est membre Alpha Condé, que des Peul dont est issu Cellou Dalein Diallo. En Côte d’Ivoire, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI d’Henri Konan Bédié) qui a raflé le maximum de voix en pays baoulé, est plus proche du Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Dramane Ouattara, issu de son sein, et solidement implanté en pays malinké au nord, que du Front populaire ivoirien (FPI) du Bété Laurent Gbagbo. Cependant, les Baoulé sont plus proches des Bété, dans leurs relations commerciales, dans les zones forestières où ils sont majoritairement des planteurs de café et de cacao, les deux principales mamelles de l’économie ivoirienne. Le camp présidentiel a commis l’erreur de tolérer ou de nier des exactions commises sur certains Baoulé ou des militants du PDCI, dans la région natale du président Laurent Gbagbo. Cela risque de compter. Pour le reste, beaucoup de choses peuvent se passer d’ici le 28 novembre, date du second tour du scrutin et il n’est pas exclu que des évènements surviennent qui vont bouleverser la théorie. Au demeurant, il y aura, et il y a déjà des opérations puissantes et massives de charme à l’endroit de l’électorat du PDCI, par le camp présidentiel Ces opérations pourront-ils réussir à démystifier ou à confirmer le leadership de M. Bédié, qui se retrouve malgré le poids de l’âge (76 ans) et en dépit du coup d’Etat qui l’a évincé du pouvoir, il y a 11 ans, faiseur de roi ? Seules les urnes nous le diront.

Interview réalisée par Elvis Ahonon