41ième Olympiade d’Echecs à TROMSØ en NORVEGE : les participants burundais disparus [bleu]{par Jean Berchmans Manirakiza, en Norvège.[bleu]}[/bleu][/bleu]

[bleu]

41E OLYMPIADE D’ECHECS A TROMSØ EN NORVEGE :

LES PARTICIPANTS BURUNDAIS DISPARUS.[bleu]

[/bleu][/bleu]

<media1369|insert|center>
[bleu marine]Aurore Itangishaka, une joueuse de l’équipe féminine burundaise lors d’une ronde du tournoi. Aurore et son équipe sont disparues.[/bleu marine]
PHOTO PRISE PAR GEORGIOS SOULEIDIS, CHESS24

Des informations concordantes révélées par les organisateurs du 41e tournoi international d’échecs et relayés par les médias locaux, des Burundais qui participaient à cet olympiade qui se tient du 1er au 14 Août 2014 à Tromsø au Nord de la Norvège sont disparus.

Le constat a été fait samedi le 9 Août 2014, quand l’équipe féminine burundaise ne s’est pas présentée dans la salle "Mackhallen", qui abrite la compétition. Les organisateurs se sont rendus dans la maison sise au centre de la ville où logeait la délégation de l’équipe féminine burundaise : nos chères représentantes avaient déjà déserté sans aucune trace. Une journée après, M. Morgan Lillegård, responsable de la presse du 41e Olympiande d’échecs, annonçait que 2 autres burundais , chefs de la délégation, étaient aussi introuvables. Du côté des participants masculins, on signale également la disparition d’un joueur. L’équipe masculine poursuit la compétition avec un homme de moins, tandis que l’équipe féminine burundaise est déjà exclue du tournoi.

Signalons que l’Olympiade d’échecs est une compétition internationale d’échecs qui revient chaque année paire depuis 1950 et oppose des équipes (mixtes et féminines) de quatre joueurs. La 41e édition qui se tient dans la ville de l’Arctique, Tromsø en Norvège , depuis vendredi 1er Août, voit la participation de 174 pays, 1800 participant(e)s et capitaines, 174 équipes mixtes, 137 équipes féminines, 250 journalistes, soit un total d’environ 3000 participants . Bien entendu, les Burundais disparus ne sont plus de ce nombre, et la police norvégienne s’est déjà saisie du dossier . Affaire à suivre !

[bleu]Par Jean Berchmans Manirakiza, en Norvège.[bleu][/bleu][/bleu]