2010 : Campagne électorale au Burundi Les nouvelles du 06 Mai 2010

Actualité burundaise du 06 Mai 2010

Synergie
des médias

- Plusieurs partis politiques font campagne en province de Bubanza. Néanmoins, certains partis n’en ont pas eu l’autorisation parce quils ont déposé tardivement leur calendrier de meeting. Ce sont notamment les partis Sahwanya Frodebu et Palipe Agakiza qui les ont déposé dans la soirée du 05 mai.

Le parti Sahwanya Frodebu a eu l’autorisation de faire sa campagne ce 06 mai à Kagwema bien que le CNDD-FDD y soit également. L’administration a décidé d’y dépêcher un grand nombre de forces de l’ordre pour éviter des affrontements. Signalons qu’il y a eu accrochage entre le président du parti Sahwanya Frodebu et l’administrateur de Gihanga. Ce dernier avait empêché ce parti de faire sa campagne à Rugonga et à Gihungwe arguant que le président de ce parti n’avait pas déposé son calendrier à la commune ;

- La campagne électorale pour les communales a été ouverte par trois partis politiques en province de Bujumbura rural, le Frodebu, le FNL et l’UPD. Ils ont
respectivement réuni leurs membres dans les communes Mubimbi, Isale et
Mutimbuzi. Dans leurs discours, les mandataires de ces partis sont revenus spécialement sur les violations des droits de l’homme et la corruption. Notons que le Frodebu et le FNL ont fait campagne presque sur le même terrain mais il n’y a eu aucun incident ;

- Le MSD, quant à lui, s’est déployé en commune Buyengero de la province de Bururi. Le programme présenté à ses partisans est axé sur l’harmonisation des
salaires, l’accès de la population à l’habitat décent ainsi que le développement de l’agro élevage. Toutefois, on déplore une personne tuée dans la nuit du 05 mai en commune Rumonge ;

- La population de la commune Gatara en province de kayanza ne semble pas intéressée par la campagne en cours. Les habitants de Gihororo disent qu’ils continuent à vaquer à leurs occupations plutôt que de perdre du temps en écoutant les discours des politiciens, discours qu’ils qualifient de démagogues. Ces habitants expliquent qu’ils ont été déçus par les gouvernements antérieurs. La population de Gatara demande au futur gouvernement, vainqueur des prochaines élections, de se pencher sur les vrais problèmes de la population notamment la sécurité. Elle a également demandé que des slogans divisionnistes et qui font peur cessent ;

- Les partis Kaze FDD et SONOVI ne sont plus sur la liste des dix huit partis politiques qui font campagne en province de Kayanza. Abbé Charles GIRUKWISHAKA, président de la commission électorale provinciale de Kayanza, explique que ces partis ont été écartés parce que leurs dossiers n’étaient pas
complets. Sur ces dix huit partis, cinq seulement font la campagne dans
toutes les communes de Kayanza ;

- Suite à la campagne électorale, le travail dans le service public en province de Ngozi se fait au ralenti. Depuis 11 h 30 minutes, les fonctionnaires de l’Etat
exhibent des signes et insignes des partis politiques et ils rejoignent ceux qui font la campagne. Un administrateur de cette province a affirmé que les travailleurs font actuellement du service minimum ;

- Les désertions des responsables administratifs ont également été observées en Mairie de Bujumbura. Dans les bureaux communément appelés Grand Bureaux hébergeant quatre ministères, seuls les directeurs du ministère de la justice sont au service, au complet. La plupart de responsables ont demandé des congés pour pouvoir se consacrer à la campagne électorale. A l’université du Burundi, ce sont les étudiants qui partent progressivement pour prêter main forte dans la campagne de leurs partis politiques ;

- Les commerçants et les transporteurs de la Mairie de Bujumbura attestent que depuis le début de la campagne ce 05 mai, le rendement n’est pas meilleur. Les
conducteurs des camions de marque Fuso se lamentent parce que, disent-ils, n’ont été loués que les camions des responsables politiques ou ceux des parentés des politiques. Néanmoins, les affaires sont florissantes pour les conducteurs de bus. Ils indiquent qu’ils ne parviennent plus à répondre à la demande parce que les bus loués dans les campagnes ne reviennent pas sur les parkings. Les responsables des station-service affirment également que les affaires marchent bien ;

- Il est strictement interdit que des camions transportant normalement des marchandises soient utilisés dans le transport des personnes. Cette annonce a été
faite ce 06 mai par Pierre Chanel NTARABAGANYI. Le porte-parole de la police nationale a rappelé cette loi après qu’une personne ait été tuée ce 05 mai dans un accident d’un camion qui transportait les partisans du FNL. Tout transporteur qui sera attrapé en excès de vitesse ou ayant dépassé le nombre de personnes prévu par type de véhicule sera puni par la loi, continue Pierre Chanel NTARABAGANYI. Néanmoins, cet appel n’a pas été entendu ;

- La sécurité, la pauvreté et la question foncière devraient être des éléments dominants dans cette campagne. Ces priorités ont été relevées par le professeur
Gertrude KAZOVIYO qui a fait une étude sur les priorités de la population ;

- Une convention de financement de 900 000 euros destinée à contribuer au bon déroulement du processus électoral en cours vient d’être signée entre l’ambassadeur de France au Burundi et le représentant du PNUD au Burundi. 600 000 euros sont destinés à la CENI pour l’assistance technique et financière et les 300 000 euros restants sont destinés à l’appui des médias dans ce processus électoral ;

- Prosper NTAHOGWAMIYE, porte-parole de la CENI , précise que si deux partis politiques se retrouvent sur une même place, la priorité est accordée au premier
demandant. Il a rappelé aux politiques que les propos injurieux et diffamatoires au cours de la campagne électorale sont des délits électoraux ;

- Après deux mois de grève des enseignants de l’école primaire et secondaire, les élèves et écoliers ont regagné les salles de classe ce 06 mai après l’appel leur lancé par les syndicats SLEB, STEB, CONAPES et SYNAPEP. Dans la plupart des écoles, les élèves étaient en train de faire des révisions parce que les examens dans les écoles secondaires commencent ce 10 mai.

Toutefois, au lycée de Ngagara, les enseignants n’ont pas presté. Ils indiquent qu’ils ne vont pas corriger les examens passés en période de grève. Une réunion est prévue ce 07 mai pour décider si oui ou non ces examens vont être refaits. Signalons que les enseignants attendent un nouveau calendrier qui sera élaboré par le ministère de tutelle et les syndicats pour démarrer normalement les cours ;

- La coalition de l’éducation pour tous, Bafashe Bige, se réjouie du déblocage de la crise entre les enseignants et le gouvernement. Elle recommande au gouvernement de ne plus perdre du temps dans la résolution des problèmes et de chercher des solutions durables. Aux enseignants, cette coalition demande de fournir des efforts pour que les élèves puissent terminer les programmes.

Alexandre NIYUNGEKO
Président de l’Union Burundaise
des Journalistes
(UBJ)

+257 22 25 86 92 begin_of_the_skype_highlighting +257 22 25 86 92 end_of_the_skype_highlighting (Fixe)

+257 79 997 468 begin_of_the_skype_highlighting +257 79 997 468 end_of_the_skype_highlighting (Mobile)
B.P. 189 Bujumbura

E-mail : niyalex2000@yahoo.fr