“Rien d’audacieux n’existe sans la désobéissance à des règles.” de Jean Cocteau (Poésie critique)

Les brèves


Actualités

  • Burundi : Préparer les échéances électorales de 2015

    Nkurunziza appelle les Burundais à préparer les échéances électorales de 2015 - Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, a invité vendredi à Bujumbura les acteurs politiques de son pays à bien se préparer pour les prochaines échéances électorales prévues en 2015.

    « Nous lançon un appel solennel à tous les acteurs politiques de saisir la balle au bond et de se joindre à tout le peuple burundais pour préparer ensemble et à temps le prochain rendez-vous électoral de 2015 », a-t-il déclaré.

    S’exprimant au cours du lancement officiel d’une campagne nationale de promotion et de renforcement de la culture démocratique, le président Nkurunziza a affirmé que : ’l’organisation d’une élection est « une entreprise complexe, rigoureuse et minutieuse ».

    Entre mai et septembre 2010, le Burundi a organisé des élections municipales, législatives, sénatoriales et collinaires, ainsi qu’une présidentielle remportée par M. Nkurunziza pour un second mandat de cinq ans.

    Pana 19/11/2011

  • Burundi - Le bâtonnier de l’ordre des avocats libéré

    Burundi - Le bâtonnier de l’ordre des avocats libéré

    Le bâtonnier de l’ordre des avocats du Burundi, arrêté puis écroué "pour outrage à magistrats" le 27 juillet, après des propos tenus lors d’une manifestation en vue d’exiger la libération d’une consoeur emprisonnée, a été libéré jeudi, a constaté un journaliste de l’AFP.

    Me Isidore Rufyikiri est sorti de la prison de Mpimba à Bujumbura, où il était incarcéré, vers 17h (15h00 GMT) et a été accueilli par les applaudissements de dizaines de ses confrères dont Me Suzanne Bukuru, relâchée lundi, a constaté l’AFP.

    "Je suis heureux, c’est une victoire pour vous et pour moi, pour les confrères, la société civile, tous ceux qui ont combattu avec moi", a déclaré Me Rufyikiri, à la presse, en levant les poings.

  • Nouvelle brève

    Le chef de l’Etat annonce le début des travaux de la CNVR pour début 2012

    BUJUMBURA (Xinhua) - Le président burundais Pierre Nkurunziza a annoncé mercredi dans un message à la nation que les travaux de la Commission Nationale pour la Vérité et la Réconciliation (CNVR) commenceront en début de l’année 2012.

    Mercredi 27 juillet 2011 | 22:10 UTC

    "Nous avons déjà mis en place un Comité technique chargé de rassembler les idées forces pour mettre en place la Commission pour la Vérité et la Réconciliation, que ce soit les textes de lois, les critères du choix de ses membres ou les besoins financiers. Le rapport de ce Comité sera remis au chef de l’Etat qui le transmettra à son tour au parlement pour approbation avant la mise en place de cette Commission qui sera opérationnelle le 1er janvier 2012 pour terminer ses activités avec la fin de l’ année 2013, avec une possibilité de prolongation en cas de besoin", ainsi s’est adressé le président Pierre Nkurunziza dans son message à la nation.

    Il a également annoncé que le rapport qui sera remis par ce Comité fera l’objet d’échange avec toutes les couches de la population burundaise pour avoir la contribution de tout un chacun et ce, endéans trois mois à compter à partir du mois de septembre prochain. C’est à ce moment alors que la CNVR commencera à être opérationnelle avec le début du mois de janvier 2012. "Au terme de ses activités à la fin de l’année 2013, on pourra mettre en place le Tribunal pénal spécial pour le Burundi, si cela s’impose", a ajouté le Président Nkurunziza.

    Le chef de l’Etat burundais a tenu à demander à la population burundaise de ne pas se laisser désinformer par une certaine opinion qui dit que la CNVR a déjà été mise en place et a en revanche remercié des gens qui ont déjà commencé à préparer les burundais à se dire la vérité, à se pardonner et à se réconcilier et ce, dans plusieurs coins du pays. Il a appelé la population burundaise à rester calme et sereine pendant cette période.

    Le message à la nation a été prononcé en guise de prélude au lancement de la campagne d’explication à la population des mécanismes de la Justice transitionnelle d’un pays comme le Burundi qui sort des conflits fratricides qui l’ont endeuillé en 1965, en 1969, en 1972, en 1988 et en 1993, activité prévue ce jeudi dans la province de Kayanza (nord du pays).

  • FMI/Burundi : signature du 5e accord du Programme de la facilité élargie du crédit

    BUJUMBURA, 17 mars (Xinhua) — Le Fonds monétaire international (FMI) et le Burundi a signé jeudi un 5ème accord du Programme de la facilité élargie du crédit.

    Après la signature de l’accord, Koffi Yao, représentant résident du FMI au Burundi, s’est convaincue que les bailleurs de fonds et les autres partenaires vont accompagner le Burundi dans les mois à venir".

    "Nous reconnaissons les efforts faits par le gouvernement d’ améliorer la gestion des finances publiques et créer un cadre macro-économique afin de réduire la pauvreté", a indiqué Koffi Yao.

    Elle a profité de cette occasion pour demander que les ressources financières du gouvernement burundais soient logées sur un seul compte à la Banque centrale.

    "Nous voulons que le pays ait un compte unique pour le Trésor public. (...) c’est pour éviter que le gouvernement aille emprunter alors qu’il a d’autres ressources dans d’autres comptes qui lui appartiennent. On ne souhaiterait pas que chaque patron fasse des dépenses sans qu’il y ait un contrôle centralisé. C’est la clé même de la bonne gouvernance financière", a-t-elle souligné.

Articles de cette rubrique